Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Akela
Fondatrice
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 05/09/2018
Fondatrice
Sam 8 Sep - 20:32

Love has my face ft Bourgeon

C'était un jour comme les autres pour moi, Akela. Instinctivement, j'entrai dans ma grotte en silence et m'asseyais gracieusement. Je passai alors ma langue sur ma fourrure, ô combien soyeuse en ronronnant. Ma propre présence m'apaisait plus que celle des miens. Je sentais Rhéa près de moi, elle me parlait tandis que je faisais ma toilette. Sa voix rauque me faisait trembler de joie et je me sentais arriver au plus haut des étoiles. Je fermai les yeux un instant et m'allongeai dans mon nid, rassuré par mon doux parfum lorsque j'entendis un bruit. D'habitude je n'y aurais pas fais attention mais à cet instant, je sentais l'odeur du sage de ma communauté. Je relevai la tête et dis avec ma voix harmonieuse :


«  Bien le bonjour Bourgeon. Qu'est-ce qui t'amène ? Tu te languis déjà du sacrifice d'hier ? »


Il était vrai que le dernier sacrifice c'était montré fort intéressant. J'en avais presque eut peur ! Enfin, pas de quoi fouetter une souris ! Juste que l'effusion de sang s'était montrée particulièrement violente. Je lorgnai le chat avec intensité puis me relevai fièrement. Il était charmant je devais le reconnaître, il était digne représentant des chats du Bataillon.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Bourgeon
Chaton
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 07/09/2018
Age : 15
Localisation : ( ͡° ͜ʖ ͡° )
Sam 8 Sep - 21:28
Salutations, Akela.

  Bourgeon, resté debout sur le seuil de la tanière, s'inclina respectueusement devant son supérieur, en profitant discrètement pour prendre une profonde inspiration, aussi silencieuse qu'un battement d'ailes de papillon. Il espérait ainsi calmer les battements tonitruants de son cœur qui résonnaient dans sa cage thoracique. Se tenir ainsi face à son Capitaine le mettait toujours dans un état de trouble qu'il avait du mal à comprendre. Il se sentait complètement vulnérable, exposé, mis à nu par ses yeux perçants et calculateurs.

  Tu te languis déjà du sacrifice d'hier ?

  Bourgeon se releva prestement, peut-être un peu trop violemment à son goût. Évitant soigneusement tout contact visuel avec Akela, il balbutia, pris de court :

  Euh... Oui... Oui, en effet, c'était une cérémonie particulièrement réussie. J'espère que la prochaine sera tout aussi... spectaculaire.

 
Bourgeon n'aimait pas les sacrifices. Il aimait ses dieux, il les chérissait et les vénérait avec la même ferveur que n'importe quel membre du Bataillon, si ce n'est plus encore. Mais les effusions de sang avaient le don de lui donner la nausée.

  Tu dois te douter que ce n'est pas la raison de ma visite, Akela,
poursuivit le matou pommelé, non mécontent de s'écarter du sujet, tu n'es pas sans savoir que nos rangs ne cessent de s'agrandir, ce qui est bien sûr l'un de nos principaux objectifs, mais... nous devrions nous montrer plus prudents quand aux fidèles que nous recrutons. Trop nous rejoignent par peur plus que par fidélité envers notre Seigneur, et ne parlons pas des potentiels traîtres. Qui nous dit que parmi nous il n'y a pas d'espion, reportant tous nos faits et gestes à son clan d'origine lorsque nous avons le dos tourné ?

 
Le Sage leva enfin les yeux, plantant son regard doré dans celui de son supérieur.

  A vrai dire, cela ne fait plus aucun doute. Il y a une taupe au sein du Bataillon.
Revenir en haut Aller en bas
Akela
Fondatrice
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 05/09/2018
Fondatrice
Dim 9 Sep - 13:41

Love has my face ft Bourgeon

Je clignai des yeux doucement, le plus inexpressif possible. Ma queue ondulait doucement et je laissai un rictus mauvais s'emparer de moi lorsque Bourgeon commenta le sacrifice. Il avait toujours été assez muet en ce qui concernait les sacrifices. Peut-être était-il trop doux ? Mais peu important, c'était un allié de taille et le meilleur sage que j'avais connu, je devais bien l'admettre. Mais pas meilleur que moi je l'avais été. Toujours efficace et droit ainsi qu'assidu lors des sacrifices, j'étais toujours le premier à chanter les incantations. Mais après tout, Bourgeon était un fervent croyant, le genre de mâle qu'il faut dans un groupe. Il était puissant, efficace et intelligent. Le mâle reprit avec un ton sérieux :



Tu dois te douter que ce n'est pas la raison de ma visite, Akela, poursuivit le matou pommelé, non mécontent de s'écarter du sujet, tu n'es pas sans savoir que nos rangs ne cessent de s'agrandir, ce qui est bien sûr l'un de nos principaux objectifs, mais... nous devrions nous montrer plus prudents quand aux fidèles que nous recrutons. Trop nous rejoignent par peur plus que par fidélité envers notre Seigneur, et ne parlons pas des potentiels traîtres. Qui nous dit que parmi nous il n'y a pas d'espion, reportant tous nos faits et gestes à son clan d'origine lorsque nous avons le dos tourné ?


Les dires du félin me firent bouillir intérieurement, mais comme à mon habitude, je restais coi. Comment osait-il manquer de respect aux entités qui nous surveillaient ? Ils avaient raison d'avoir peur, à leur place j'aurai été incapable de regarder mon supérieur sans fondre sur place !


A vrai dire, cela ne fait plus aucun doute. Il y a une taupe au sein du Bataillon.


Les paroles de mon sage m'achevèrent, mais comme à mon habitude, je restai impassif. Indigné, je fronçai légèrement les sourcils mais ne dis rien, nous devions trouver le traître et le faire payer. Oh que oui... Je planterai mes griffes dans sa gorge à ce blasphémateur ! Rhéa ne se sentait pas bien, elle était indignée et je le sentais. Je me promis de lui apporter une prise ce soir pour obtenir son pardon.


«  Nous ne pouvons pas laisser cela passer. »


Je plongeai mon regard dans celui du sage et dis avec entrain :


« J'ai confiance en toi Bourgeon, je sais qu'avec toi nous pouvons trouver cette taupe. Personne ne doit se mettre en travers de notre chemin. »


Je me rendis alors compte que mon cœur battait plus vite, mais c'était à peine notable alors je gardai cette impression pour moi. Pendant un instant, mon visage avait été autre chose qu'une roche incassable, cela avait été le visage d'un chat fragile, en pleine réflexion. Une image qui ne m'allait pas... Cet instant de faiblesse avait été particulièrement désagréable, je pris soin de ne pas en parler. Mon allure de pierre reprit sa place et je contemplai l'animal avec calme.    
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Bourgeon
Chaton
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 07/09/2018
Age : 15
Localisation : ( ͡° ͜ʖ ͡° )
Dim 9 Sep - 14:38
L'espace d'un instant, Bourgeon soutint le regard d'Akela. Son prunelles vertes restaient placides, immobiles, aussi glaciales que deux petits émeraudes. Même pour le plus perspicaces des matous, il aurait été impossible de deviner les plus profondes pensées du meneur.

  J'ai confiance en toi Bourgeon.

  Les oreilles du jeune Sage se dressèrent soudain sur son crâne et ses yeux s'illuminèrent. Ces mots semblèrent résonner dans son crâne comme autant d'échos dans une vaste caverne, murmurés par la voix douce et profonde de son supérieur. Quelque chose remua dans le creux de son ventre, quelque chose de léger et de lourd à la fois, une sensation que Bourgeon adorait et haïssait, un sentiment qu'il ne connaissait pas et ne comprenait pas. C'était une sorte de peur panique, mais douce, aussi douce qu'une caresse d'une mère à son chaton.
  C'est à peine si Bourgeon saisit le sens des dernières paroles d'Akela, happé par la profondeur de son regard et de sa voix.

  Reprends-toi, stupide boule de poils! Imagine un peu la tête que tu dois tirer. Akela ne te fait pas confiance, il n'a confiance en personne. Fais ce qu'on attend de toi et n'espère rien en retour, voilà le rôle que les dieux ont bien voulu t'accorder.

 
Embarrassé, Bourgeon baissa les yeux, passant un coup de langue sur son poitrail blafard comme pour se donner une contenance. Il ne remarqua pas le propre trouble d'Akela, qui avait traversé son visage aussi furtivement qu'un éclair dans un ciel d'orage.

  Tu peux compter sur moi Akela. Je ne te décevrai pas, se contenta de répondre le matou à mi-voix, tentant tant bien que mal d'en contrôler les trémolos qui trahissaient son malaise.

  Reste sérieux une minute, tu n'as normalement aucune difficulté à contrôler tes émotions. Pourquoi perdre tes moyens devant celui qui parvient justement à lire en toi comme dans un livre ouvert ?

Est-ce que j'ai vraiment le droit de parler de "livre ouvert" dans LGDC? x)
Revenir en haut Aller en bas
Akela
Fondatrice
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 05/09/2018
Fondatrice
Mar 11 Sep - 18:22

Love has my face ft Bourgeon

Mon visage froid se tinta d'un rictus mauvais lorsqu'il me jura que je pouvais compter sur lui. C'est que j'y comptai bien ! Ce mâle avait tout intérêt à ne pas me décevoir ! Chacun savait comment se finissait les trahisons au Bataillon et personne ne souhaitait en faire partie. Je m'approchai de lui et prit alors l'air le moins agressif possible, j'aurais même pu le qualifier de doux. Celui là n'était pas comme le précédent, empli de détresse, celui-là était tendre, assuré. Et voilà que mon instinct de dragueur revenait ! Enfin, drague n'était pas le mot que je pouvais réellement poser sur la situation non. Je ne courtisais pas réellement Bourgeon. Je savais ses sentiments pour moi et la détresse qui l'habitait dès que je posai les yeux sur lui. Mais de tous ceux que j'eus charmé, il était de loin celui qui méritait le plus mon attention. Et celui pour qui je pouvais dire que j'étais réellement attaché. Attaché était peut-être même un peu faible. Mais je posai ma patte sur la sienne et lui dit au creux de l'oreille :


«  Tu es mon meilleur élément Bourgeon, je ne voudrais personne d'autre comme sage. »


Ces mots sonnaient étrangement dans ma gueule mais le dire me provoquait un élan de chaleur au niveau du bas ventre. Ce mâle parvenait à m'émoustiller exactement comme l'aurait fait une femelle... Exactement comme Rhéa... Cette magnifique déesse à la grâce sans pareille aussi vicieuse qu'un démon des Enfers. Soudain, trois mots simples s'imposèrent à moi. Des mots que jamais je n'aurais pensé désirer prononcer, c'était pathétique, d'habitude ces mots sortaient pour obtenir les faveurs des femelles, mais là... Il n'y avait rien à avoir, juste sa présence. Pourquoi je m'impose une telle utopie ?


« Tu sais, parfois, je me demande ce que je ferais sans toi... »


Ces mots me firent presque frémir tant je me mettais à nu face à lui. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Bourgeon
Chaton
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 07/09/2018
Age : 15
Localisation : ( ͡° ͜ʖ ͡° )
Mer 12 Sep - 22:46
Bourgeon se retint de sursauter lorsqu'il sentit la patte d'Akela se poser sur la sienne. Elle était si... chaude. Si vivante...

  Est-ce que c'est vraiment en train d'arriver ?

  Le meneur ne se trouvait qu'à quelques centimètres de son museau, ses grands yeux verts perçant sans mal les futiles protections que Bourgeon se tuait à ériger autour de sa personne, et essayait de renforcer chaque jour d'avantage. Il avait l'impression que la moindre de ses faiblesses venait d'éclater au grand jour, et se lisait clairement dans toutes les tensions qui étiraient son visage.
  Le Sage était heureux et terrorisé à la fois. Comme toujours lorsqu'Akela lui adressait la parole, et tout particulièrement pour lui faire un compliment. Les compliments d'Akela pouvaient aisément se compter sur les griffes d'une patte, ce qui ne les rendaient que plus précieux aux yeux de Bourgeon.
  Mais aujourd'hui les choses étaient très différentes entre le Capitaine et son Sage. Il y avait comme quelque chose en plus, ou plutôt quelque chose en moins, comme si des barrières invisibles venaient de s'écrouler entres les deux matous.
  Leurs deux pattes posées l'une sur l'autre le prouvaient.

  Tu sais, parfois, je me demande ce que je ferais sans toi...

 
Bourgeon frissonna spasmodiquement, autant par euphorie que par peur panique. Ses yeux papillonnaient nerveusement des yeux glaçants d'Akela, à sa patte posée sur la sienne, au petit bout blanc de sa queue qui s'agitait de manière incontrôlable et qu'il tentait désespérément de dissimuler derrière lui.

  Tu es certainement la chose la plus ridicule qu'Akela ait jamais vu. Regarde-toi un instant ! On dirait un chaton tout droit sorti de la pouponnière ! Que t'arrive-t-il ?

 
Essayant tant bien que mal de contrôler ses tremblements incessants, Bourgeon amorça un lent mouvement vers la truffe de son supérieur, se rapprochant peu à peu de son visage.

  Il est si proche... Encore quelques centimètres et nous nous toucherons complètement. C'est terrifiant. Je peux sentir son souffle contre mes moustaches, je peux respirer la même oxygène que lui, je peux percevoir son parfum encore plus intensément qu'auparavant...

 
Le grand mâle malingre recula soudain précipitamment, comme s'il venait à peine de prendre conscience de ce qu'il venait de faire.

  Akela !, s'écria-t-il en frissonnant de plus belle, comme un novice attrapé en train de faire une énorme bêtise, je suis terriblement désolé, absolument navré ! Ça ne se reproduira plus, je ne sais pas ce qu'il m'arrive. Pardonne-moi je t'en prie !

 
Bourgeon détourna le regard, fixant sa patte libre, ses oreilles brûlantes aplaties contre son crâne et ses yeux larmoyants de honte. Akela devait le prendre pour le dernier des imbéciles. Il n'était rien d'autre qu'un incapable, un moins que rien. A quoi pensait-il en faisant cela ? Comment allait-il pouvoir regarder son Capitaine en face à présent, sans repenser à cet instant embarrassant ?

_________________


“ᵢ dₑₛₚᵢₛₑ cₒₘₘₒₙ ₛₑₙₛₑ. ᵢ’ᵥₑ ₛₑₑₙ ₜₕₑ wₒᵣₗd fᵣₒₘ ₑᵥₑᵣy ₚₒₛₛᵢbₗₑ ₐₙgₗₑ.

ₜₕᵢₛ cᵣᵤₑₗ, ᵣᵢdᵢcᵤₗₒᵤₛ, bₑₐᵤₜᵢfᵤₗ wₒᵣₗd.”
Revenir en haut Aller en bas
Akela
Fondatrice
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 05/09/2018
Fondatrice
Jeu 13 Sep - 18:27

Love has his face...
Je regardai Bourgeon, le mâle approchait sa face féline de la mienne et je ne pus m'empêcher de piquer un fard... Ce qui me mit excessivement mal à l'aise, la chaleur qu'il m'imposait. Finalement, au moment fatidique, il s'éloigna, me plongeant dans un état de torpeur que je n'aurais jamais soupçonné ; aurais-je voulu qu'il colle son museau au mien ? La réponse me coûtait. Finalement, j'entendis ces mots. Les seuls capables de briser ma coquille.

" Akela!"

Ces mots, ils vibraient tant dans ma tête que je n'osai guère bouger. Mes yeux s'écarquillèrent légèrement mais ce fut à peine visible. Mes oreilles poilues s'agitèrent avec souplesse et j'inspirai profondément lorsqu'il s'excusa :


"Je suis terriblement désolé, absolument navré ! Ça ne se reproduira plus, je ne sais pas ce qu'il m'arrive. Pardonne-moi je t'en prie !"


Un sourire froid se plâtra sur mon visage, beaucoup plus froid que je l'aurais voulu. J'aurais voulu lui dire, mais ma fierté m'en empêchait. Finalement, je m'avançai vers lui et plaquai ma truffe contre la sienne en souriant. J'inspirai profondément pour m'imprégner de l'odeur du mâle et m'écartai, retrouvant ma froideur d'antan pendant un instant. Puis je me rendis compte de l'erreur que je venais de commettre. Mon cœur battait... Fort... Beaucoup plus fort que lorsque je me voyais... Il battait si fort... Personne n'aurait été apte à stopper ces battements; pas même moi. Aucune femelle ne m'avait jamais fait sentir cela... Jamais... Comment était-ce possible ? J'avais arrêté de me poser la question depuis longtemps. Bon sang, dans quel traquenard m'étais-je fourré ? Mon cœur battait trop vite et mes pulsions étaient incontrôlables...  Tout du moins, pour un chat inférieur à moi, Akela. Je regardai fixement l'entrée de ma tanière et dis avec froideur :


" Il semblerait que nous soyons deux à devoir nous excuser désormais. Je n'ai pas été franc avec toi. Je n'ai jamais été bon pour ce genre de choses. Comme tu le sais, je n'ai jamais eu besoin de personne..." 


Je lorgnai soudain le sol avec lassitude, comme entrée en matière, ce n'était pas digne de moi. Enfin Akela, d'habitude tu n'es pas aussi avare de mots et compliments, dis lui ça de manière théâtrale comme tu sais si bien le faire ! Ce n'est qu'un chat comme les autres après tout ! 


Non. Ce n'est pas un chat comme les autres...


"Jusqu'à maintenant... Car aujourd'hui... J'ai besoin de quelqu'un."


Je me mis brusquement à rire avant de griffer le sol de mon Antre avec les pointes acérées que j'avais au bout des pattes. Je resserrai les crocs avant de dire avec ma voix rauque. 


" Je n'ai jamais eu besoin de personne, quand je voulais de la compagnie, j'en trouvais, quand je voulais une femelle, que la courtisais, quand je voulais me battre je tuais. J'ai même une communauté à mes ordres. Non, Akela n'a visiblement besoin de personne... Alors pourquoi Akela... Pourquoi..."


Je ne terminai pas ma phrase, incapable de parler, je le regardai toujours avec cet air fier et impartiale. Je fermai les yeux et mon air fier se dissipa, pour une fois, je voulais qu'il voit mon vrai visage, un visage que lui seul avait le droit de voir, lui et uniquement lui. J'abandonnai ce regard plissé et détendis mes traits avant de lui offrir le sourire le plus doux que j'eus été capable de faire. Mes yeux marrons étaient brillants d'un éclat que seul une âme sœur pouvait offrir. J'inspirai doucement avant de soupirer avec émoi :


" Pourquoi Akela... Est-il tombé amoureux de toi ?" 


Pour une fois, mon visage était empli d'une innocence qui semblait totalement décalée comparé à la face que j'avais offert à ma communauté autrefois. Je laissai un sourire en coin se dessiner sur mon visage et dis tendrement :


" Jamais je n'avais eu besoin de quelqu'un comme j'ai besoin de toi à cet instant, Bourgeon. Jamais je n'ai aimé réellement... J'ai des dizaines de fils et de filles que je n'ai jamais connu, pourtant je n'ai aimé aucune des femelles avec qui j'ai pactisé par le sang. C'est... C'est toi que j'aime."


Mes yeux bruns ne le lâchaient plus, ils le dévoraient, le suppliaient de se coller à moi, de ne plus se détacher de mon être. Je le voulais à moi, je voulais chaque parcelle de son être contre moi. Je voulais lui appartenir... Ce qui était totalement inconcevable pour Akela. Mais là, je n'étais pas Akela... J'étais... Moi...


Love has a face...



Love has his face <3 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Bourgeon
Chaton
avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 07/09/2018
Age : 15
Localisation : ( ͡° ͜ʖ ͡° )
Jeu 13 Sep - 22:19
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: